Without books, I can't live

Science-fiction

Anticipation, Cyberpunk, Steampunk, Space Opera, Dystopie, Utopie...


[Dystopie] CHRYSALIA, 1 : ARENE de Vi-An Gourfinkel

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 

An 2346, un cataclysme a bouleversé la géographie de la Terre, la réduisant pour partie à un immense désert. L’eau est devenue l’objet de toutes les convoitises. Les frontières remodelées, une nouvelle organisation politique a vu le jour. Mais l’Orient, au bord de la ruine, est miné par un affrontement entre deux royaumes qui ne parviennent plus à gouverner en harmonie. En Occident, des conspirateurs sont prêts à tout pour renverser le pouvoir, tandis que la colère gronde contre le Système. La religion est au cœur des tensions qui règnent entre les deux empires qui se partagent le monde, dont l’unité semble plus que jamais menacée. La guerre paraît inévitable.

Premier volet d’une saga au titre énigmatique, Arène nous entraîne dans une passionnante aventure à la croisée du roman policier et de l’héroïque fantaisie.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

3,5/5 (Bien +)

 

 Entrez dans le monde pénétrant proposé par Vi-An Gourfinkel, une auteure jeune mais qui a déjà un talent d'écriture énorme et dont les illustrations sont plutôt jolies. C'est le premier volume, assez court, d'une trilogie. Dommage pour la longueur, car trois tomes du double de taille auraient été parfaits !

 

 Pour les personnages, j'ai beaucoupé aimé Deborah et Clyne. Elles ont ce côté rebelle que j'affectionne tant. Danielle Valera, est peut-être plus subtile, je ne suis pas parvenue à bien la cerner (quoique dans un premier livre d'exposition, ce n'est pas facile). J'avoue qu'il y a une grosse quantité de protagonistes, et pour ma part, je n'ai quasiment pas réussi à les identifier et les reconnaître. Je relirai un peu, je pense qu'ainsi je trouverai mes repères.

 

 L'intrigue tient un bon rythme, les chapitres centrés sur un lieu/personnage particulier, les histoires se mènent en parallèle. C'est mouvementé, bien dynamisé ; il y a beaucoup d'action, durant lesquelles on peut découvrir un monde très intéressant et fort innovant. J'étais surprise par la richesse du contexte, des idées. Je suis rapidement devenue addict à l'ouvrage.

 

La porte s'ouvrit à la volée et Garia apparut dans un cliquetis infernal de bijoux. Elle écarta grands ses bras fins recouverts d'un châle rouge taillé dans une peau d'animal étrange.

 

 Un style d'écriture harmonieux, attractif, avec parfois de belles tournures de phrases, mêlées dans une écriture directe et franche. J'espère, - et je suppose - qu'on en saura plus sur les Autres, le fonctionnement en général de leur société, les Terres Neutres, les Territoires Insoumis... La principale question que je me pose est : comment va évoluer ce monde ? Le roman baigne dans une ambiance mystérieuse, qui attise la curiosité. J'attends vraiment un deuxième tome bien construit, animé et clair.

 

 Le prologue est un passage particulièrement réussi, il vous plongera instantanément dans un univers atypique, une certaine dystopie qui sera probablement teintée de cruauté et d'injustice. J'adorerais passer à la suite, même si Chrysalia me laisse un sentiment étrange, ce n'est pas uniforme dans la qualité, il y a des éléments suffisamment développés, et d'autres (tel que l'introduction un peu touffue) teintés de légèreté. Il y a ce qu'il faut d'originalité, mais le lecteur ne profite pas convenablement de cette créativité, obligé d'assimiler au fur et à mesure.

 

 Ses yeux bleus virèrent une fraction de seconde à une couleur étrange, presque noire. Mais cela passa très vite et elle recouvra son petit sourire en coin. Elle paraissait tout sauf humaine. Ses yeux étaient anormalement grands, ses pupilles étaient presque verticales.

 

 On ferme le livre, après une scène finale, sacré cliffhanger, où la pression monte d'un cran. Je vous conseille Chrysalia, tome 1, Arène de Vi An-Gourfinkel, parce que je crois en ce livre, qui vous fera au minimum passer un bon moment de détente. Un immense merci aux éditions Amalthée, qui ont un catalogue plein de pépites.

 


07/02/2014
0 Poster un commentaire

[Science-Fiction, Monde inconnu] LE MONDE DES TEMPS OUBLIES de Benoît Lemoine

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

À l’ouest du désert du Sahara, des géologues européens et responsables d’une association ayant pour mission, l’extraction en sous-sol d’eau destinée aux populations de la région, tombent sur une profonde et immense zone souterraine où se trouvent, lac, forêt et où règnent des animaux préhistoriques terrestres du genre dinosaure, mais aussi maritimes. Malgré la proximité dangereuse de ces espèces, les explorateurs improvisés persistent dans l’intention de mener à bien leur mission urgente. Mais d’autres surprises et périls les attendent… Benoît Lemoine souhaite nous faire partager sa passion pour la science-fiction avec ce second roman Le monde des temps oubliés dans lequel il allie subtilement fantastique et humanitaire.

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 2,5/5 (Assez Bien +)

 Mon second service de presse avec les Editions Persée m'a moins plu que le premier, je les remercie cependant. Je salue les couvertures absolument sublimes de leur catalogue.

 L'idée d'un monde mystérieux m'a immédiatement attirée (je m'attendais à quelque chose dans le style de Le monde perdu de Conan Doyle, que j'avais adoré). Le concept était intéressant, malheureusement j'ai apprécié, mais sans vrai plus. J'ai été déçue du manque de narration, de l'absence de descriptions. Dur de se figurer un monde inconnu sans détails et de comprendre pleinement les actions sans véritable lien entre les scènes. Il y avait un peu trop de dialogues pour moi. Puis, je n'ai pas eu d'attachement aux personnages, dont je me souviens vaguement des noms (Angélique, Marc... ?), parce qu'on ne sait d'eux que leur métier et leur raison dans le désert du Sahara. C'est dommage, mais pas très gênant, sauf pour les différencier.

 

Oliver éclaire la zone et s'aperçoit qu'elle peut mesurer plus de cinquante mètres de longueur et la hauteur avoisine les dix mètres. A ce moment, ils arrivent tous au bord de l'eau où se trouve du sable.

 

 Plus positivement, je l'ai lu relativement rapidement, c'est additif. Benoît Lemoine a une écriture à laquelle je n'ai pas adhérée, les répétitions à l'extrême, la forte présence de paroles est toutefois rattrapée par un bon suspens

 

C'est alors que Marc, Laura et le scientifique aperçoivent l'invraisemblable.

 

 Comment  chroniquer ce livre, exposer mes arguments, alors que le contenu n'est pas suffisamment creusé, approfondi ? Je ne peux pas dire n'avoir pas aimé ce petit roman, mais il n'était pas encore travaillé et réfléchi. Je précise que pour un second roman, ça n'est pas mal. J'aurais aimé quelque chose de plus abouti, plus complet. Donc, je ne déconseille pas ce livre, mais je ne le conseille pas non plus, je laisse votre curiosité décider.


07/12/2013
0 Poster un commentaire

[Nouveau monde, cryogénisation] L'ASSOCIE DU CHAOS de Anthony Boucard

♥ COUP DE COEUR ♥

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 Condamné à la cryogénisation, Vincent Langeais se réveille cent cinquante ans plus tard. Il se retrouve seul dans une société qu’il ne comprend pas et qui le terrorise.
Toute son existence est confinée dans un coin de son cerveau, inaccessible ; autour de lui, un univers qu’il ne maîtrise pas, sans famille, sans projet, entre hallucinogènes et roulette russe, quels sont les choix qui s’offrent à lui ? A-t-il seulement un destin ?...
Un simple appel téléphonique va changer le cours de son existence… Et Vincent va dire oui… Mais à qui ou à quoi ?…
Entre jeu de dupe, faux-semblant, manipulation, l’auteur, Anthony Boucard, signe ici son premier roman de science-fiction.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 4,5/5 (Très Bien +)

 

  Je commence par vous dire : j'ai a-do-ré ! Punaise que j'en avais besoin d'un ouvrage de science-fiction parfaitement maîtrisé. L'associé du chaos a excellé dans son genre. Merci aux éditions Atria pour le service de presse ! 

 Je suis tellement imprégnée de l'ambiance de ce roman que mes idées s'emmêlent, mes pensées s'entrechoquent. C'est dire comme je suis surprise par la qualité de ce roman, je ne m'attendais pas à lire une chose aussi aboutie et puissante, voluptueuse et complète, dynamique entraînante. Cette lecture est un pavé d'émotions, de scènes de roulette russe, de tensions emboîtées dans un rythme effréné, une mosaïque sombre et douloureuse d'une société trop lisse.

 

Il y a des corps vides qui errent dans ce monde. [..] Tel un trou noir, ces gens vous présentent leur contour, leur forme, simulent par leur mouvement une promesse de relation, mais ne laisse pas qu'à un vide, un néant. Sournoisement, ils sucent votre âme, votre empathie.

 

 Parce qu'il faut bien commencer par quelque part, j'aborderais le fond. Voici une planète Terre où suite à des révoltes, même des révolutions, violentes, organisées et dévastatrices, une nouvelle société est née ; bien rangée, bien carrée, pas un pas de travers. Anthony Boucard a ultra détaillé des aspects de son univers, et c'était exceptionnel. Cette façon de vivre m'a effrayée et m'a énormément poussée à réfléchir. C'était compliqué, je me sentais prise au dépourvu face à toute cette nouveauté, comme le personnage principal, Vincent.

 

Le problème, c'est votre monde qui n'est pas le mien et qui ne le sera jamais. [..] Pourtant, il coule encore dans mes veines, il est ancré dans ma peau, au plus profond de moi. 

 

 Le style d'écriture, ensuite, m'a totalement transportée, invitée dans un futur auquel je ne connaissais rien. Les descriptions sont riches et vivantes, la narration ardente nous presse de tourner les pages, nous plongeant dans un abysse sans cesse plus profond et torturé. C'est une oeuvre très additive, à l'écriture pure, directe et qui vous retourne en quelques secondes. Combien de fois ai-je senti mon rythme cardiaque battre à la vitesse d'une course folle ? Les révélations, les rebondissements surgissaient sans que je ne les sente venir. Le suspens instauré était très fort et augmentait la pression. Les points de vue alternés étaient d'un bon intérêt, il n'y avait aucune longueur.

 

Seules des bribes de sons étouffés et incompréhensibles arrivaient à ses oreilles. Des images floutées, saccadées, glissent sur sa rétine. Les objets qui le touchent, les mains qui le bousculent ne sont que coton et vent effleurant son épiderme.

 

 L'intrigue avance sans lenteur, partagée entre les explications, les réflexions, les dialogues - on sent que tout est déjà tracé mais on n'a aucun moyen de prévoir quoique ce soit. On assiste au temps qui reste à Vincent, à ceux qui le guident plus ou moins consciemment comme Héron, Robin. Des personnages s'incrustent dans ce train éternel, toujours aux personnalités creusées, différents, aux sentiments vrais ; tous d'une humanité pas forcément belle, néanmoins on ne peut plus bouleversante.

 

Il porte ses mains à sa tête. Son visage montre des stigmates de douleur. [..] La question grossit encore, change de couleur, du rouge elle passe au pourpre brillant, brûlant. Ou est-elle ? La dernière syllable incandescente prend la forme d'une flèche et vient se loger en plein centre de ses émotions.


 Ce livre m'a plongée dans une torpeur froide, tendue ; l'auteur a accompli mille prouesses grâce à la beauté de son écriture, la logique implacable de son scénario et également parce qu'il vous propose une opinion, vous présente la sienne. Ainsi, je ne peux que vous conseiller ce premier roman de l'écrivain, et j'espère qu'on aura bientôt droit à un autre récit !

 

 

 

 

 

 

 


27/11/2013
4 Poster un commentaire

[Uchronie] CEUX QUI SAURONT de Pierre Bordage



https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

Jean et Clara devraient bientôt se séparer : elle regagnerait Versailles, il retournerait dans la clandestinité.
Pourquoi êtes-vous allé à l'école ? demanda-t-elle.
- Je voulais apprendre.
- Et qu'avez-vous appris ?
- L'alphabet, l'écriture, l'arithmétique... comme tout écolier, je suppose.
- Vous comptiez en faire quoi ?
Il haussa les épaules.
- Je ne sais pas au juste. Ceux qui gouvernent savent, alors je pensais que c'était bien de savoir. Que ça améliorerait ma vie.

Et si le passé avait été différent, quel serait notre présent ? Un monde scindé en deux.
Les riches détenant le savoir, les pauvres condamnés à l'ignorance. Il y a ceux qui acceptent, s'oublient dans le silence. Mais il y a ceux qui se battent pour qu'une société plus juste émerge enfin.

 

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg
2,5/5 (Assez Bien +)


 J'ai voulu lire cet ouvrage, car on me l'a conseillé. J'avais des vraies attentes le concernant, et je ressors avec un goût amer de déception...

 Dans un monde au passé différent du nôtre, les inégalités sont très fortes, et la France divisée en deux camps. Les riches et les pauvres. La rencontre de Clara et Jean va les changer.

 

- Pourquoi nos chemins se sont-ils séparés ? 

- Nous n'avons jamais marché sur le même.

 


L'histoire avait ce qu'il fallait pour être plaisante : deux héros avec des belles qualités, un contexte historique bien développé... Mais non, je ne suis pas parvenue à m'attacher à Clara et Jean. Imaginez que j'ai mis un peu moins d'un mois à le lire. C'est dire ma difficulté à me plonger dans le récit, alors que finalement je ne me suis jamais complètement sentie présente dans les scènes. J'avais l'impression que tout se déroulait à part, loin, que ça n'avait aucune importance.



→ Perdus pour perdus, les cous noirs choisissaient de clamer leur existence, leur réalité, à la face de ceux qui les avaient oubliés. Ils avançaient comme un grand fleuve humain, majestueux, tumultueux [...].



Jean et Clara n'avait pas mentalement l'âge qu'on leur indiquait (soit douze, treize ans), à mon sens. Ou bien, leur comportement ne me paraissait pas adéquat dans beaucoup de situations. Je n'ai absolument pas apprécié ces personnages, qui dans leurs réflexions me laissaient perplexe. Ensuite leur relation, désolée mais là non, non, non ! Certes, qu'ils s'aiment bien, mais au point de chercher à tout prix à revoir l'autre, à être persuadé de sa valeur, à vivre un drame à la Roméo et Juliette, bien qu'ils ne soient pas restés ensemble longtemps, ça c'est trop facile.



→ Avec lui à ses côtés, elle trouverait la force, la sérénité, elle ne regretterait pas de quitter cette terre avant d'avoir commencé à vivre.



Pour le contexte, on peut saluer l'uchronie bien travaillée, avec beaucoup d'éléments historiques détaillés et réfléchis. Cependant, je n'ai là non plus pas adhéré. Je ne sais pas vraiment ce qui m'a dérangée, mais dans ma tête, les explications sur leur société étaient abstraites. (Pas qu'elles étaient mauvaises, mais qu'elles ne m'ont pas atteinte.) Les morales, les idées qu'on peut garder de ce livre (se battre pour ce qui nous est cher, l'inégalité sociale ou autre), ne m'ont pas non plus convaincue. C'était raconter à des enfants que les méchants ils tuent les gentils et que personne a le courage d'agir. Le mot pour définir ce que j'en retiens : bateau. Dans Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, le fond m'avait passionnée, subjuguée... et ici, c'est plat.

 


→ La fillette paraissait dormir, les yeux clos, le visage paisible. Elle avait reçu une balle en plein coeur.

 


Terminons avec le style d'écriture de Pierre Bordage. Combiné avec tout ce qui m'a déçue, j'avoue que je ne l'ai pas trouvé sensationnel. Certes, l'écrivain a un style appréciable. Mais il me laisse mitigée. Il y avait des fois de jolies tournures agréables. Malheureusement, aucune émotion, aucun sentiment qui était véhiculé par le livre ne m'a touchée. Ca m'a vraiment laissée de marbre, et c'est le premier livre sur tous ceux que j'ai lus qui ne m'a fait ni sourire, ni au minimum penser que c'est triste. Impassible tout au long. Même que je n'ai pas trouvé Ceux qui sauront additif.

Bref, je ne sais pas quoi penser de ce roman, qui aurait pu me plaire et pourtant non. Mes mots sont peut-être un peu durs, mais je voulais justifier mon opinion en toute franchise, si vous n'êtes pas d'accord avec moi, je vous invite à laisser un commentaire qu'on en discute. L'originalité et la profondeur des personnages est quelque chose que je cherche, la différence d'écriture aussi. J'en parlais avec quelqu'un, qui m'a dit que je faisais peut-être une overdose sur les styles d'écriture, parce que beaucoup trop se ressemblent. J'essayerais néanmoins d'autres Bordage, pour ne pas rester sur une mauvaise image. Je le sens également, je suis plus exigeante sur la qualité d'un livre. Je conclus que je ne déconseille pas ce livre, il est moyen, mais je ne le conseille pas forcément, parce que si vous le voulez, vous le lirez ; mais j'estime que des centaines de livres excellents vous attendent.


13/11/2013
4 Poster un commentaire

[Quête, univers] LE PORTEUR de Jimmy Octave



https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 Dans un pan inconnu de l’univers, Valdam est à la recherche du « porteur »…
  À des années-lumière de lui, sur la planète Terre, Jared est un jeune homme timide et complexé ; sa vie est d’un ennui sans fin. Mais tout va changer pour lui, car il a été choisi par le grand Boujayh.  Malgré ses doutes et ses ressentiments, il va apprendre à devenir ce qu’on attend de lui et se lancer dans une aventure épique et rocambolesque, pour retarder l’extinction des étoiles et la fin de l’univers connu et inconnu…

 À travers ce récit exaltant, l’auteur pousse l’imagination à son extrême pour mieux nous montrer de quoi est fait notre monde et l’univers entier, à travers son mythe universel.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 3/5 (Bien)

 Aujourd'hui c'est d'un petit roman de science-fiction dont je vais vous parler. Le Porteur de Jimmy Octave m'a pleinement satisfaite, bien que ce ne soit pas un coup de coeur.

 Le Porteur, on se demande dès le début qu'est-ce que ça signifie. Une créature ? Une entité ? En réalité, c'est le "grade" de Jared, le héros principal du livre. De là vous lirez peut-être le récit de ce, au début jeune homme, de sa destinée intrigante.

 Parlons personnages justement. L'ouvrage est très court, environ cent trente pages, en petit format, donc ma chronique ne pourra pas être longue. Globalement, Jared, Valdam, maître Sylvius et les autres m'ont plu. Il n'y a que Jared qui soit un minimum creusé, il est intéressant, curieux, sceptique mais totalement dévoué. Pour ceux restants, je n'ai rien de spécial à dire.

 Niveau intrigue, la construction est bonne, les évènements s'enchaînent par contre un peu vite. Ca se comprend cependant j'avoue que les romans de ce format me déstabilisent. N'empêche, un schéma narratif qui se déroule correctement.

 Le style d'écriture de Jimmy Octave est bon mais ne m'a pas marquée, pas notable. Néanmoins j'ai adoré les passages d'explications sur l'univers, sa constitution, les déplacements de galaxies à galaxies etc. Je n'en retiendrai sûrement rien, ahah, mais c'était très instructif. Jimmy Octave en conclusion écrit bien,

 Résumé, j'ai apprécié cette oeuvre mi science-fiction mi fantasy, elle est agréable, je vous la conseille sans hésiter. :)

 

 


05/11/2013
0 Poster un commentaire

[Zombies] VIVANTS de Isaac Marion

 

 

 

♥ LIVRE COUP DE COEUR ♥

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

Le monde est dévasté par une étrange épidémie. Les Morts se relèvent, les Vivants se cloîtrent à l'intérieur de forteresses. Une guerre sans merci les opposent.
R est un Mort. Comme tous les Morts, R n'a pas de souvenirs, pas d'émotions, et, animé par une faim irrépressible, dévore les Vivants. Mais R rencontre Julie. R l'emmène avec lui. Et bafoue les règles des Vivants et des Morts pour rester avec elle. Mais leur monde ne les laissera pas faire.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 4,25/5 (Très Bien +)
 

 Vivants est un roman qui m'aura marquée. On évolue dans l'histoire dans cette atmophère apocalyptique, désespérante mais avec ce semblant d'espoir que R éprouve. Vivants est un de ces romans dont je ne sais pas quoi penser au final, qui m'a fait réfléchir, qui m'a plu, et pourtant, j'aurais du mal à exprimer dans cet article le bien que j'en pense.

 

 Le contexte est excellent, j'adore les fins du monde. En revanche, c'est une de mes premières, la deuxième précisément lecture contenant des zombies, et cette version déroutante de ces créatures est appréciable. Je ne sais pas à quoi je m'attendais, cependant Isaac Marion m'a convaincue avec ces Morts, Charnus ou Osseux, et ces Vivants. Certes l'origine des Osseux est vue sur un point psychologique, mental, non pas scientifique, et celle des Morts reste vague, ce sera mon unique déception. Dans Je suis une légende, tout était tellement pointu que ma curiosité était comblée, or dans ce livre, le flou est dommage. 

 

 Isaac Marion écrit franchement bien, parce ce qu'on est totalement happés par l'ambiance des scènes, totalement dans la tête des personnages. Il y a un bon dosage de narration, description, peu de dialogues et ça donne un côté mature à l'oeuvre. Au final, on est présents sur les lieux, et on juge, on examine, on analyse tout ce qu'on voit, ce qu'on dit. J'ai eu l'impression de redécouvrir le monde, et ça, croyez-moi c'était magique. Un style d'écriture particulier, brut, mais apaisant et enrichissant.

 

 L'intrigue est complète, on a ce qu'il faut en rebondissements, mystère et ça se renouvelle bien. 

 

 Je n'ai pas pu résister, j'ai ramassé énormément de citations :

 Nous sommes sur une plage. Pas une vraie, découpée sur des millénaires par ce maître artisan qu'est l'océan, celles-là sont toutes sous les flots à présent. Nous sommes au bord d'une ville entre les dalles cassées des trottoirs. Des réverbères couverts de berniques s'élèvent du ressac, certains d'entre eux ne s'avouent pas vaincus et projettent des cercles de lumière orange sur les vagues dans l'obscurité du soir.

 

(Elle a les yeux fixés sur le sol, comme si elle voyait à travers, jusqu'au centre de la Terre, jusqu'en enfer.) Qu'est-ce qui cloche chez les gens ? dit-elle, presque trop bas pour que je l'entende. Est-ce qu'ils sont nés avec des pièces manquantes ou est-ce qu'ils les ont perdues en cours de route ?

 

Savoir, c'est souffrir, et je veux ressentir cette souffrance, je veux mieux les connaître et, par extension, mieux me connaître. Savoir qui et ce que je suis vraiment. Peut-être qu'à l'aide de ce scalpel, chauffé au rouge et stérilisé dans les larmes, je peux commencer à gratter la pourriture en moi.

 

 Pas question de bâiller au milieu d'une phrase et de ranger le manuscrit dans un tiroir. Pas cette fois. Ôte-moi ces couvertures en laine pleines de poussière : apathie, antipathie et dessiccation cynique. Très peu pour moi : je veux vivre pleinement, et je veux une vie sans parachute. Bon. Voilà, R. C'est maintenant.

 

Nous allons procéder à notre propre exhumation. Nous allons nous battre contre le fléau et nous allons gagner. Nous allons pleurer et saigner, désirer et aimer, et vaincre la mort. Nous sommes le remède. Parce que nous l'avons décidé.

 

 En y repensant, avec le recul, cet ouvrage est transcendant. Les personnages sont merveilleux, admirables. Julie est une fille qui a un vrai caractère, elle est vraie, elle a le sourire alors qu'elle vit dans un monde effondré. Nora est une protagoniste sympathique. Perry Kelvin, ou M sont eux également tout à fait satisfaisants. Enfin R, qu est subjuguant. Extraordinairement rare. Une humanité. Il est tout ce qu'il y a de beau dans l'espèce humaine. Il a cette faculté à vous faire, si ce n'est pas tout aimer, tout supporter.

 

 Je termine en quelques mots pour dire que je termine mon mois avec un livre charmant, aux héros magnifiques, à l'écriture additive et à la réflexion qu'on peut en faire passionnante. Je vous le conseille en priorité.


29/10/2013
1 Poster un commentaire

[Science-Fiction] LA DECLARATION de Gemma Malley

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 

Londres 2140… Dans un futur proche, l’immortalité est possible… À une seule condition, ne pas faire d’enfant. Dans ce monde-là, Anna est une "surplus", elle n’aurait pas dû naître. Condamnée à la soumission pour expier cette faute, sa rencontre avec le mystérieux Peter va tout bouleverser… Amour, rébellion, résistance, jusqu’à la révélation du sens de la vraie vie. Plongez-vous dans cet univers fascinant que vous n’êtes pas près d’oublier !


https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 4,25/5 (Très Bien +)


 J'ai mis beaucoup de temps à lire (débordée par les devoirs et les révisions) donc je le classe finalement en Octobre. Très bonne lecture !

 Rentrez dans l'histoire d'Anna, Surplus Anna ou Anna Covey. Cette adolescente vit dans un foyer pour Surplus, ceux qui sont nés de parents qui ont signé La Déclaration. Quand on signe La Déclaration, on n'a plus le droit d'avoir d'enfant car en échange, on a droit à des pillules de Longévité qui guérissent tout et vous rendent éternels. Tout va changer quand un nouveau Surplus arrive, Peter. En principe, les Surplus arrivent au foyeur très jeunes ou enfants, or celui-là est adolescent.

 J'ai adoré le concept de la Longévité, de la Déclaration. La société dépeinte dans ce roman est très intrigante. J'ai hâte de lire la suite, puisque j'ai beaucoup aimé ce premier tome d'exposition et je suis certaine que le second tome contiendra beaucoup plus d'actions. Par conséquent, le principe est plutôt original.

 Le scénario est franchement très bien. Il n'y a pas de temps mort, beaucoup de rebondissements, quelques révélations. (Je ne crois pas m'être attendue à une seule de celles révélées. :D) C'est très additif et je me demandais constamment comment tout cela allait finir.

 Les personnages sont géniaux également. Anna est manipulée, lobotomisé et ça m'a révoltée. Pourtant, malgré ce conditionnement, peu à peu, elle prend conscience de la réalité. Elle comprend qu'on lui ment depuis toujours. Peter est un personnage très prévisible (malheureusement) mais je l'ai toutefois bien aimé. Sa relation avec Anna est intéressante, cependant peu approfondie, alors je constate qu'il aurait été pas mal que ce soit plus creusé ou bien qu'il n'y ait aucune aimbiguité amoureuse. Mrs Pincent est affreuse, et quand on apprend ce qui l'a rendue comme ça, notre opinion sur elle peut s'adoucir même si tout n'est pas pardonnable. Une autre fille présente un bout de temps, Sheila, qui m'a fait de la peine et sa vivacité d'esprit m'a plu.

 Vous voulez des extraits ? 

 

 Et elle comprit qu'au fond Peter et elle étaient exactement pareils. Que, séparés, ils mourraient de solitude. Qu'ils avaient besoin l'un de l'autre comme les fleurs ont besoin de soleil. Alors elle sut qu'elle le suivrait partout, et que les histoires de roses monstrueuses et d'enfants à deux têtes ne lui faisaient ne lui faisaient plus peur, mais que la seule idée de le perdre, lui, la terrifiait plus que tout au monde.

 

Mais tomber n'était pas une si mauvaise chose, se dit-elle. Ne valait-il pas mieux admirer le sommet de la montagne, même un bref instant, plutôt que de n'avoir jamais essayé ? Ou alors, comme dirait Mrs Pincent, plus haut vous grimperez, plus grande sera la hauteur de laquelle vous chuterez avant de vous écraser sur le sol ?

 Sa façon d'écrire nous plonge totalement dans la peau des personnages, cette qualité est rare. Une écriture simple, pure, mais élégante, grâcieuse, harmonieuse. Un livre hyper additif, qui n'a aucun mais vraiment aucun défaut (à part peut-être le très mineur fait que Peter soit banal même s'il est adorable).

 Les thèmes abordés sont très bien traités et l'auteur propose un point de vue extrêmement juste. Les questions de la mort, de la vie éternelle, de la santé sont posées. A travers les yeux d'Anna qui est influencée par l'Intendante. On parle aussi d'égalité, d'injustices, de liberté. Les sentiments et émotions véhiculés par ce récit sont absolument parfaits.

 J'ai adoré la conclusion, elle laisse un très bon suspens et est bouleversante. C'est allé légèrement trop vite, mais soit. Cette histoire m'a plu de bout en bout et j'aimerais énormément lire la suite. La Déclaration a été lu en lecture commune avec Audrey de Le Souffle Des Mots. Je vous conseille chaudement cet ouvrage ! :)

 Ses questions :

-

-

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2497013_201307274152835.jpg


04/10/2013
4 Poster un commentaire

[Uchronie] ENTRE CHIENS ET LOUPS de Malorie Blackman

 

 



https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s'affrontent à coup de lois racistes et de bombes. C'est un monde où Callum et Sephy n'ont pas le droit de s'aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d'un rebelle clandestin... Et s'ils changeaient ce monde ?

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg
→ 3,5/5 (Bien +)

 

 

 Une lecture ultra rapide (lu en une après-midi), agréable, avec un bon contexte, de bonnes idées et beaux moments.

 Malorie Blackman écrit l'histoire de Sephy et Callum. Elle est une Prima, une noire, elle fait partie de ceux qui contrôlent la planète, ceux qui dominent. Lui est un Nihil, ou Néant pour faire méchant, de ceux qui ont été esclavagés durant longtemps et ne valent pas grand-chose désormais. C'est la deuxième uchronie où les rôles des noirs et des blancs sont inversés que je lis, ayant un très mauvais souvenir de l'autre, j'en garderai un bien meilleur de celle-ci.

 

 Il y a beaucoup de réflexion dans ce livre, c'est vrai. L'auteur écrit bien et nous plonge aisément à l'intérieur de nous-même, j'ai apprécié, parce que c'était à petite touche, léger comme il faut. Le style d'écriture est agréable, j'ai sincèrement lu très vite (je confirme à nouveau mon impression qu'en ce moment je lis des trucs minuscules, peut-être signe que je devrais lire quelque chose de sept-cent, huit-cent pages ?). Fluide, pure, sa façon d'écrire donne un vrai sens à ce que vivent les protagonistes et a fait de cette lecture l'une des plus additives que j'ai jamais lues. J'étais à peine frustée du peu de détails d'actions, lieux parce que j'adore les longues descriptions c'est vrai, bon, si on omet ce fait, c'est très concentré sur les sentiments et les émotions, c'est très juste, je ne tiendrai donc pas rigueur de cela. :)

 

 Un extrait tant qu'à faire ? :)

Elle a au moins pris la peine de détourner le regard. J'aurais dû me douter qu'elle ne serait pas capable de tenir sa langue. Certains secrets sont trop brûlants. 

 

 A propos des héros du livre. Surtout Callum et Sephy m'ont importé. Callum, je l'ai adoré, et son évolution ne m'a pas déçue. C'était assez prévisible qu'il deviendrait ainsi, mais qu'il reste le même m'aurait déplu. Callum est un garçon aux multiples facettes, bien que je lui ai préféré Sephy, qui garde ses principes, ses idéaux. La vie leur joue beaucoup de tours, ce roman est dur, percutant. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai été bouleversée (il m'en faut bien plus pour) cependant j'ai été touchée. Leurs existences si imparfaites, si difficiles. Je souligne comme j'aime le faire ce côté qui colle à la réalité, à ce qu'on vit vraiment. Des épreuves comme les leurs, je pense qu'on en a tous connu, que ce soit les nôtres ou celles d'un ami.

 

 

 L'intrigue était bonne, la construction correspondait aux thèmes du récit, l'amour, la différence, la haine, le racisme... Bien dirigé. Je comprends que ce roman ait reçu des prix. Par contre, pour l'originalité et la créativité, ben désolée mais moi à part l'inversement des positions et l'invention d'un nom pour marquer la nuance entre les blancs et les noirs ; je n'ai pas observé grand-chose. L'histoire est très belle, je l'ai vraiment aimée, mais ce manque d'innovation m'a quelque peu désappointée. Il y a des éléments du scénario très prévisible, soyons honnête. Par exemple ce qui arrive à Sephy dans les ultimes pages du livre, la révélation qui se fait. Les quelques rebondissements ne m'ont absolument pas surprise, c'est dommage également. 

 

 La fin... J'avoue que je l'attendais vachement au tournant, parce que ça sentait le truc facile à plei nez. Heureusement pour moi, Malorie Blackman a su ignoré nos âmes de lecteurs émus, a accepté de nous blesser et a accompli ce qu'il fallait. J'ai vaguement attendu que quelque chose l'interrompe, mais non. Ouf, on s'éloigne de la banalité que j'ai ressentie précédemment. Merci à l'écrivain de ne pas nous avoir épargnés, d'avoir osé. Je suis contente du dénouement, qui ne m'a presque pas fait d'effet. (J'ai remarqué que les passages censés transmettre des émotions ne m'ont quasiment rien fait.)

 

 Je conclus, malgré mes critiques négatives, par dire que j'ai apprécié cette lecture, qui me laisse mitigée, j'en suis à la fois déçue et heureuse. Je vous conseille Entre chiens et loups, qui n'est certes pas une perte de temps et qui j'espère vous conviendra mieux qu'à moi. Je lirai sûrement la suite, si je la trouve en bibliothèque. 

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2497008_201307273817745.jpg

 Cet article vous a plu ? Vous pouvez l'aimer et le commenter.

 Vous souhaitez être tenu(e) au courant des prochaines parutions ? Inscrivez-vous sur le blog et vous recevrez des notifications.

 

 


12/09/2013
2 Poster un commentaire

[Science-fiction, Magie] LA TROISIEME PLANETE de Noémie Obuljen

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 

Sur sa planète, Loyd est un garçon ordinaire. Sa vie bascule pourtant lorsqu’en vacances sur Terre, il rencontre Emma. Elle qui vient d’une mystérieuse planète, encore inconnue, l’entraîne dans une folle aventure. Ensemble, ils seront prêts à tout pour sauver cette « troisième planète », où vivent des créatures fascinantes.

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 3,75/5 (Bien ++)

 

 Merci aux éditions Baudelaire pour ce premier livre en partenariat, une couverture subliùe et un résumé très attrayant, pour un contenu tout aussi agréable.

 

 La troisième planète, le premier livre si je ne me trompe pas, de Noémie Obuljen, est un roman en 150 pages bien construit, qui fait son bout de chemin avec nous et laisse un bon sentiment. L'histoire parle de Loyd, il vit sur la deuxième planète (la nôtre étant la première). Comme chaque année, il part en vacances sur Terre, mais cette année, lui et sa famille vont loger chez l'habitant... Mais ceux qui les accueillent ne viennent pas non plus de la première planète ! Va alors commencer des aventures pour sauver la troisième planète des dangers qui la menacent.

 

 Ca, c'est pour l'histoire. Je vais commencer par les deux seules choses qui m'ont chiffonnée : les verbes de paroles pas du tout variés (dire, demander) et le fait qu'on ne sache pas où sont situées les planètes les unes par rapport aux autres (mais ça ce n'est pas grave du tout vu que le roman est très court, on ne peut qu'imaginer ce qu'on ne nous dit pas). Drôle de coïncidence, la scène page 60 est la même (presque) qu'une de Rien que nous. Ce n'est absolument pas volontaire de la part des auteurs, mais c'est amusant que dans le même mois je lise deux scènes proches ! (Bien que ce ne soit pas voulu bien sûr. ^^)

 

 Les personnages maintenant. Loyd, Emma, les plus importants, sont attachants, plus Loyd que Emma car cette dernière a des particularités et j'ai trouvé cette héroïne un peu exagérée dans son rôle (je ne peux pas dire quel est-il sans spoiler malheureusement). Les familles de Loyd et ceux de Emma sont de bons protagonistes également : Richard, Marie, Anna, les parents et la soeur de Emma, ainsi que le père et la mère de Loyd, dont je ne crois pas que les noms aient été mentionnés. La relation entre Loyd et Emma est mignonne et leur destin incertain apporte un plus au récit. Au fil du livre, on va découvrir toutes sortes de créatures, des fées, des elfes, des nains, des sorciers, etc. Pour certains, ce qu'on en sait habituellement n'a pas changé, pour d'autres, l'auteur a modifié leurs origines, leurs formes ou autres.

 

 Le scénario est simple, mais imparable. A travers les dialogues et la narration, on poursuit un but, aller sur la troisième planète, tout se déroule selon un schéma bien construit, ça vous séduit aisément et vous entraîne au dénouement sans que vous ne vous aperceviez du temps écoulé. La magie est montrée à petites doses, j'en aurais voulu plus. Cependant, les quelques révélations qui sont survenus ont révélé des informations intrigantes, de façon à redonner de l'énergie à l'intrigue !

 

 L'écriture de Noémie Obuljen est bonne, elle manque certes un peu de détails, hormis pour les descriptions de personnages qui sont très convenables. Le style est naturel, fluide, et rend la lecture très additive. Alors que ça reste vaguement incomplet, il y a de l'idée, de l'originalité et de la créativité et ça comble les vides. L'humour apporte la touche divertissante au rythme trépidant et l'ironie est bien maniée. Jusqu'à la fin, le suspens est maintenu et bien que je n'ai pas été surprise de la conclusion, je ne l'attendais pas de cette manière.

 

 Un bref moment de l'ouvrage :

 - Mon arrière, arrière, arrière, arrière, arrière, arrière-grand-mère a utilisé un sort qui a mal tourné. C'est à cause du sort qu'ils parlent.
 Je tentais de compter combien de fois elle avait dit « arrière » pour savoir il y a combien de temps que ça s'était passé, mais elle me dit en rigolant :
 - Inutile de compter, j'en ai oublié pas mal.

 

 Bilan, je remercie encore les éditions Baudelaire pour ce service de presse qui m'a fait découvrir La troisième planète, un roman science-fiction et fantasy à la foi qui ne vous fera pas perdre votre temps et vous promet un instant de lecture plaisant. Vous pouvez vous lancer dedans, c'est un investissement que vous ne regretterez pas, le temps de quelques heures vous profiterez de ces différents mondes si riches ! Je vous le conseille évidemment ! :)

 

 https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2497008_201307273817745.jpg

 

 Cet article vous a plu ? Vous pouvez l'aimer et le commenter.

Vous souhaitez être tenu(e) au courant des prochaines parutions ? Inscrivez-vous sur le blog et vous recevrez des notifications.

 

 

 

 


23/08/2013
0 Poster un commentaire

[Science-fiction, Mondes multiples] LE MEILLEUR DES 10 MONDES, 1 : GAÏA ET LA PROPHETIE DU CINQUIEME SOLEIL de Johnatan Costa

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389186_201306303226308.jpg

 

Notre terre, Gaïa, court le plus grand bouleversement de son histoire. Alors que l’ordre a toujours été maintenu entre le bien et le mal dans Une totale discrétion, les forces obscures vont apparaître sous toutes leurs formes Et déployer leurs meilleurs atouts. C’est écrit et rien ne peut les arrêter… Sauf peut-être les combattantes, des héroïnes prédestinées à défier le mal. Les plus courageuses d’entre elles, les Lupaleas, vont faire équipe à Los Angeles, L’endroit le plus dangereux de la planète. De rencontres insolites en aventures en tout genre, Les deux jeunes filles accompagnées de personnages des plus surprenants vont devoir faire face au danger et découvrir quelle mission elles doivent accomplir…
La prophétie commence…


 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2389187_201306303239974.jpg

→ 3,5/5 (Bien +)

 

 Merci énormément aux éditions Amalthée pour ce premier SP et l'envoi de ce livre, qui après un début plutôt laborieux m'a pleinement satisfaite.

 L'histoire parle de Linga et Yoni, deux jeunes filles, des Lupaleas, des combattantes. Leur mission, c'est de lutter contre le mal. Dans le roman, il y aura des épreuves, des combats, des rencontres et une guerre. Un rythme soutenu qui ne s'épuise pas.

 

 Je vais commencer par vous dire tout ce qui m'a perturbée au début (j'insiste que c'est vraiment dans les cent premières pages que ça m'a gênée, ensuite, je l'ai ignoré) et qui m'a fait pensé que c'était mal parti. D'abord, la présentation du roman étrange, comme une pièce de théâtre : le nom du personnage en gras, suivi des dialogues. Les 3/4 sont des dialogues. Puis, entre guillemets et en italique, le récit, une partie mineure du livre. C'est difficile de s'y habituer. Ensuite, le début rapide : Linga ne sait pas encore qu'elle est une Lupaleas, qu'elle accepte une vingtaine de pages après l'avoir appris. Ca a manquait de récit, c'est focalisé sur l'action et l'univers que l'auteur nous propose manque de descriptions. Après, j'ai vu des phrases banales, un peu cliché. Ce qui m'a dérangée après au fil de l'histoire, c'est les fautes d'orthographe, de ponctuation, de mise en page omniprésentes ; il y en a plus que ce livre a de pages. Aussi, avant d'affronter des épreuves, ils font des recherches sur les monstres qu'ils vont devoir battre et ils se répètent beaucoup, ils disent sans cesse qu'ils doivent être sur leurs gardes, chercher des informations, etc.

 

 Donc malgré un début long, les personnages sont sympathiques. Ils sont nombreux, heureusement je ne me suis pas perdue, même si physiquement ça manque affreusement de traits. En revanche, leurs caractères sont marqués et ce sont des héros tous attachants. Léo, Chaka, Linga, Yoni, John, Aramis, Andrey, Charly, Chloé, Salomé... Ils m'ont tous plu. Les relations amicales sont vraiment géniales, par contre les relations amoureuses sont fluettes et un peu étranges, soit il aurait fallu qu'il n'y en ait pas, soit plus appronfondies.

 

 Une phrase un peu incohérente du livre :

Aramis : [...] Pourtant nous ne respirons pas chez les vampires.
John Blue : Reste assis tranquillement et respire lentement.

 Avouez que c'est bizarre, surtout que ça n'a rien d'ironique, ils sont dans une situation grave à ce moment-là.

 

 L'intrigue est bien menée, il n'y a pas de temps mort. J'avais l'impression de voir plusieurs épisodes d'une série télévisée, car il y a beaucoup d'évènements qui s'enchaînent inlassablement. Ca m'a vaguement rappelé Charmed, ou Buffy contre les vampires.

 

 Les mythologies et les créatures présentées sont intéressantes mais malheureusement pas assez exploitées, l'aventure est ensorcelante, cependant beaucoup d'espèces restent mystérieuses et c'est dommage. J'ai vu aussi quelque chose de fort désagréable, les noms de races ou autres qui changent souvent, par exemple : castsays est passé à catsays est devenu catsails. Bof bof ! :/ Quant au mal, le terme est beaucoup employé aux côtés de forces maléfiques et divers, ça reste imprécis.

 

 Le style de Johnatan Costa est franchement bon, léger, fluide, des stéréotypes quelquefois, hormis ça, c'est, une fois qu'on est plongé dans l'histoire, très additif et ça se laisse lire facilement. L'histoire a l'atout d'être très vivante grâce à ce dialogue permanent, qui peut être déroutant, pourtant qui crée de réels liens entre les protagonistes et met le lecteur confiance.

 

 Le titre du livre m'a laissée sceptique un long moment, c'est pour le mieux car en effet, on est dans le flou, on se pose des tas de questions - du genre : quels dix mondes, quels sont les autres mondes, pourquoi le cinquième soleil ? - et elles vont trouver leur réponse dans les dernières pages, avec une révélation étonnante, on ne s'y attendait pas, il y avait tellement d'action, de bataille, qu'on a oublié ce qui nous intriguait et ça nous surprend et permet de relancer l'intrigue. 

 

 Place à la citation :

Les vieux chevaux ne galopent plus mais certains trottinent vite.

 

 Pour conclure, Le meilleur des 10 mondes, dévoilant des péripéties intéressantes, avec de bonnes idées pas encore suffisamment étoffées, est un premier roman palpitant, prometteur et dont j'attends la suite, malgré les petits défauts, c'est un bon premier tome et je vous le conseille ! :)

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2013/06/744026/artfichier_744026_2497008_201307273817745.jpg



 Cet article vous a plu ? Vous pouvez l'aimer et le commenter.

 Vous souhaitez être tenu(e) au courant des prochaines parutions ? Inscrivez-vous sur le blog et vous recevrez des notifications.

 

 

 


22/08/2013
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser